Au revoir la Sicile, bonjour Malte

Départ tôt car, la météo annonce peu de vent. Finalement, une petite brise nous pousse à huit nds. Nous avons eu froid toute la journée. Nous croisons sur notre route un paquebot « CF Crystal » de 13m de profondeur et 225 m de long et 35 de large provenant de Hongkong et se dirigeant vers l’Égypte rempli de produits made in China. Arrivée à Malte, dans une autre ambiance que l’Italie. La voile ici est visiblement très populaire vu le nombre de voiliers sortis. Le port de La Valette avec sa roche ocre et ses maisons construites avec la même pierre
Poursuivre la lecture

Corfou et sa bande d’envahisseurs

Après une longue route de Tunisie, ayant passé par Malte et la Sicilie, le rythme de navigation se ralentit et nous arrivons enfin à Corfou. Enfin une grâce matinée bien méritée. Nous étions bien fatigués après ces quatre jours de navigation avec pratiquement que du vent debout et une mer cassante depuis Syracuse. Nous étions vraiment contents de notre petite île Othonoi, le mouillage nous a bien protégé d’un vent soutenu d’ouest. Bain dans une eau limpide jusqu’à la plage de sable fin. Direction Corfou sur une mer d’huile. Au loin on voit l’Albanie, pays dont on ne sait strictement rien. Le
Poursuivre la lecture

Les différentes cultures d’amarrage

Après avoir navigué dans plusieurs mers, ce qui me frappe est de constater que la culture d’amarrage change suivant les mers. Dans les ports de l’Atlantique, les pontons sont en général en forme d’arêtes de poisson et de ce fait le bateau est amarré à l’arête du ponton, avec le flotteur le long du ponton. Au Danmark il y a des poteaux qui délimite le « parking » et où on peut amarrer le bateau à l’arrière sur les poteaux. En mer baltique, aux mouillages sauvages le bateau s’amarre vers l’avant avec une ancre derrière qui câle bien le bateau. En Méditerranée les
Poursuivre la lecture

Gozo

Comme nous n’avions pas beaucoup de temps pour visiter l’île Gozo, au nord-ouest de Malte, nous avons loué une voiture toute déglinguée pour rejoindre l’île par le ferry-boat. Victoria, ville perchée en haut de Gozo domine sur les plaines arides, le tout dans un style arabe ou baroque. Autrefois on y cultivait le coton et des troupeaux de chèvres y broutaient l’herbe transformée par le soleil et le vent en paille. Nous admirons les belles falaises de roche tendre à l’ouest de l’île, Azur Window, où des creux sur les roches horizontales s’y sont formés grâce au va-et-vient des vagues créant
Poursuivre la lecture

Le chat roux de La Valette

La veille, nous sommes arrivés à Malte pour retrouver notre bateau au port de la Valette à Il Burgu, sous un temps très lourd. Couverte d’une grosse couverture de sable du désert le bateau était méconnaissable. Sous la coque, un tapis épais de coquillages et d’algues déguisaient le bateau en routard un bien négligé. Pour la reprise en main du bateau, un plongeur nous a remis la coque flambant neuve. Puis, un réparateur est venu nous remettre un nouvel anémomètre. Cela fait un an et demi que ce problème traîne. A Hammamet le réparateur n’avait rien trouvé et le maltais
Poursuivre la lecture

La Valette est parfaite pour les mecs

Pour les mecs qui s’intéressent au musée de la marine et des armoiries, des donjons, des remparts, des batailles navales et de chevaliers vaillants, c’est à La Valette qu’il faut aller, car ici il n’y a point de broderies. En revanche les concerts de carillons des nombreuses églises, y sonnent à longueur de journées leurs mélodies où les chevaliers de l’ordre de Malte vous rappellerons qu’ici les catholiques y sont rois depuis 1531. Après avoir été occupée par les arabes, les chevaliers de Saint Jean sont envoyés à Malte par Charles Quint pour chasser les arabes de là et pour
Poursuivre la lecture

Le skipper, Maï et le Dragonfly

Nous, fans des croisières et navigation à voile Depuis 2002, Patrick et moi ( Maï) naviguons sur des trimarans Dragonfly.  Pour vous dire, nous en sommes à notre troisième Dragonfly. Nous l’apprécions parce que le bateau reste plat, qu’il va vite, qu’il est très fiable et en plus il est vraiment  très beau. Avec un mari aimant la mer et moi la terre, voici ce que peut résumer notre vie de couple: « Toi, petite goutte du ciel délicatement posée sur ma pivoine, un jour, quand tu seras grande, tu deviendras mer. » Pendant que mon skipper préféré confronte les vents et les vagues,
Poursuivre la lecture