Le journal de bord féminin

Le journal de bord durant les précédentes croisières n’a jamais été fait, ce que j’ai trouvé dommage. J’ai commencé à écrire parce que, finalement, je me suis rendue compte qu’en dehors des vents et marées, il y a une multitude de choses à observer sur l’environnement maritime et culturel. Le fait d’écrire, m’a permis de mieux structurer mes observations sur les thèmes divers et de se souvenir ce qui disparaît inévitablement de nos mémoires. De surcroît, en tant qu’étrangère, l’orthographe française reste désespérément difficile et le fait d’écrire m’oblige à me pencher sur l’orthographe et la grammaire et progresser timidement.
Poursuivre la lecture

Ouessant et retour au bercail

Excellente nuit. Lever à 7h. Eau à 10,5°! Le thermomètre est à 13,4°. Grand beau et pétole. Moteur. Au revoir Ouessant de mon coeur. Patrick a du mal à hisser la grande voile et sort ses jumelles pour voir si en haut il y a un problème. Rien de grave. Patrick calcule, l’horaire et la force des courants, consulte minutieusement la météo, la force du vent par rapport au courant, la bascule de vent à telle heure. Cela fait 4 jours que nous avons vent arrière, qui est la moins bonne allure pour le bateau. Passé l’île de Sein nous
Poursuivre la lecture

Sans le vouloir, une navigation de nuit et mouillage à Ouessant

Patrick fait la navigation de nuit, pendant que je dors. Réveil à six heures et demi. Gris uni, humide, froid, rien de très joyeux. Tout colle, nous nous sentons poisseux à souhait. A défaut des Scilly nous allons pouvoir faire un mouillage à Ouessant. En fin de matinée grand beau sans un seul nuage, comme nous n’en avions jamais vu auparavant. Et puis je sens l’odeur du poisson. Patrick a trouvé pendant sa nav de nuit, un poisson tout simplement posé sur le trampoline! Bravo le bateau! Belle pêche. L’unique pêche de toute la croisière… C’est un poisson de 20
Poursuivre la lecture

Les Scilly ou presque

Levé a 5h du mat. Gris. L’eau est à 11,5°. Et à Port-Manech? Au revoir l’Irlande. Cap vers les Scilly, route de 130mn, vent arrière, bon vent. La sortie du port est vraiment pénible avec des remous dans tout les sens. Qu’est ce que ça doit être les jours de tempête. On ressort le spi. Il y a beaucoup d’oiseaux, dont le puffin anglais et des bandes de 6/10 fou de basans qui volent à raz de l’eau à la queue leu leu. Magnifique. Il doit y avoir du poisson dans le coin, car quelques bateaux de pêcheur trainent dans
Poursuivre la lecture

Kilmore et la fin de l’Irlande

Départ sous un petit vent arrière pour Kilmore. On sort le spi, qui n’a pas servi encore cette année, ni l’année dernière, ni à Göta kanal mais peut être il y a 4 ans? Il avait bien besoin de sortir et sécher un grand coup. Notre drapeau qui a navigué gentiment avec nous pendant 5 ans, commence à montrer certain signe de fatigue. Fil par fil, il se défait, à commencer bien sûr par le rouge. Bientôt, il n’y aura plus du tout du sang de la révolution et la douane risque de nous demander de quel pays nous venons
Poursuivre la lecture

Dublin et port de Dun Loaghaire

Départ matinal pour Dublin, pour avoir le courant de la marée avec nous pour nous pousser le plus loin possible car nous avons une longue journée devant nous avec 90 miles à faire. Nous optons de longer la côte irlandaise. Il y a encore un peu de vent et la mer n’est pas encore calmée. Vent arrière. Nous croisons 32 chalutiers qui raflent les fonds sablonneux à cet endroit. Pêchent t-ils de la sole? Je n’ai jamais vu autant de chalutiers en même temps et ne peux m’empêcher de me poser la question s’il n’y aurait pas sur-pêche…   En Écosse
Poursuivre la lecture

Enfin Belfast et le chapeau dépression s’envole

Nuit agitée, les mats au port sifflaient, les drisses se sont mises à claquer des dents contre les mats, le bateau vibrait, j’ai eu froid cette nuit. Mauvaise nuit. 11°. Train pour Belfast. On prend un tour pour touriste dans un bus qui fait le tour de la ville. La guide parle à toute vitesse et avec un fort accent. Nous ne comprenons rien ou presque. Il n’y a pas grand chose à voir, sauf les quartiers protestant et catholique, les peintures murales, les barrières hautes de six mètres, fils de fer barbelés, maisons brûlées. La ville est marquée par
Poursuivre la lecture

Bangor, presque Belfast et une dépression collante

Bangor. Réveil dans un tambour avec la pluie battente et les mats qui sifflent. 14°et  35 à 40 noeuds de vent du nord. Il fait bon d’être au chaud dans son lit. On traîne, Patrick regarde la météo sous tout les angles. L’application de l’iPad qu’il a sur les cartes maritimes est fantastique. Le petit jouet de Patrick. On peut voir avec le système AIS pour voir quels navires passent à coté de nous et de quelle longueur, sa vitesse, son nom et origine, la météo, vent, pluviomètre, creux des vagues etc. Nous n’utilisons l’ancienne carte maritime Raymarine que pour
Poursuivre la lecture

Bangor et Irlande du Nord

Départ matinal sous la pluie pour l’Irlande après une nuit très pluvieuse. Nous quittons l’Écosse sans avoir acheté le whisky d’Oban que nous aurions bien aimé acheter. Nous avons fait trop de mouillages sauvages et l’occasion ne c’est pas présentée. Super nos vacances en Écosse. Au revoir. Nous prenons maintenant la route du retour vers la France. Nos vêtements sont toujours aussi mouillés. Difficiles à faire sécher avec l’humidité environnante extrêmement élevée. je remets mon caleçon long et grosses couches de lainages pour ne pas attraper froid. Patrick met le pilote automatique pour faire les manoeuvres tout seul. Finalement ou
Poursuivre la lecture

Canal de Crinan et Tarbert Harbour

Les écluses du canal de Crinan sont à ouverture manuelle. Le plus commode est d’être à 4, deux sur le bateau et deux pour ouvrir et fermer l’écluse. Heureusement nous faisons route avec des écossais qui sont quatre et qui se sont occupés de l’écluse, tâche qui est assez lourde car il faut pousser une grosse poutre qui ouvre la porte de l’écluse. Vers 1098, Magnus III de Norvège amène son » langskip », bateau de guerre, sur l’isthme à Tarbert Harbour, histoire de dire qu’il est toujours maître dans cette région. Autrefois on y déchargait la marchandise pour la transporter de l’autre côté de
Poursuivre la lecture

Canal de Crinan

Avant de passer par le canal de Crinan, Patrick consulte la météo régulièrement avec beaucoup d’attention. Une tempête est annoncée pour dimanche et il faudra prévoir d’être dans un port protégé. Belfast? A force de faire des mouillages sauvages, les provisions de nourriture commencent à baisser. Il ne me reste plus que des boites de conserve, pâtes. La grocery shop sur l’île est minuscule, nous achetons 4 pommes. Pas vraiment suffisant pour remplir le frigo. Direction vers le canal, sous pétole ou petit vent sympathique avec une mer sans vagues. On croise un marsouin solitaire, phocoena phocoena. Qui nage en
Poursuivre la lecture

Loch Tarbert, Adminish Bay, Gigha island et chapeau de nuage

Nuit calme dans une des petite baie du loch Tarbert loin des courants qui nous gênent souvent pour dormir. Il n’y a plus de pain pour le petit déjeuner et est remplacé par le fameu gröt (porridge). Nous quittons Jura Isle et passons difficilement à vent contre courant par un passage très étroit entre deux îles,  Island of Islay et Island of Jura.  On a dû virer au moins 30 fois pour éviter le fort contre-courant de 4 kn et sommes arrivé de l’autre côté au bout de 4 1/2h! Patrick à la barre et moi à passer le génois,
Poursuivre la lecture

Île de Jura, Loch Tarbert et son cabanon

La nuit à Tinker’s Hole a été raccourcie. Le bateau tenait mal dans les courants de la marée montante. Nous étions trop près du bateau voisin et à 5h du matin nous décidons de partir vers l’ île de Jura, île très peu peuplée et réputée pour son coté sauvage et son gibier.  Le loch Tarbert est accessible uniquement à marée haute. Nous admirons les grandes étendues, dénudées d’arbres, vers les sommets des « Paps du Jura ». Nous cherchons du gibier mais n’en voyons pas. Il y a des phoques qui font bronzettes en forme de sourire. Un Tadorn du Belon, et oui
Poursuivre la lecture

Le pain moisi à Iona et les rochers à Staffa

Nuit dans une petite baie entourées de petites îles à Mull Island. Côte très sauvage. Le lendemain nous prenons la route vers Iona, île où les premiers missionnaires au 5 ème siècle se sont installés. Petit détour vers l’île Staffa avec ses grottes et formations rocheuses volcaniques en forme de tuyaux. C’est absolument magnifique. Il y a une grande animation d’oiseaux, dont des macareux. Le pain commence à moisir et est remplacé par le « knäckebröd » (crackers Wasa) de Norvège. Mouillage à Iona. Posted from here.
Poursuivre la lecture

Coup de propre à Tobermory, île de Mull

Nuit au port de Tobermory sur l’île de Mull. Au programme une douche très souhaitée, course, machine à laver et pour finir restaurant. Le port le plus mignon de tout ceux que nous avons vu. Les maisons sont très colorées dans les roses fushia, rose pale, bleu, noir et qui forme un ensemble très gaie…. Temps médiocre, nous hésitons à louer une voiture et visiter l’île ou prendre un tour en bateau organisé pour voir les baleines. Nous sommes un peu frustrés de ne toujours pas avoir reussi à en voir. Finalement nous décidons de partir avec notre bateau. Je
Poursuivre la lecture

Loch Moidart

56°47.16’N. 005°49.81’W Le loch Moidart est un joli loch en méandre peu profond, où il faut bien surveiller les passages sinueux où de nombreux rochers se cachent. Quelques phoques, de nombreux arbres et une bonne odeur d’humus et de sapin m’a fait réaliser que l’odeur de la terre me manquait. Nous jetons l’ancre au pied d’un château fort en ruine, remarquablement bien situé pour surveiller l’entrée du loch. En jetant l’ancre nous n’avons pas fait attention que nous étions dans un endroit pleins de courants et la nuit fut bien chahutée.  Le vent dans un sens et les courants dans l’autre et le
Poursuivre la lecture

Mouillage à île de Rùm

57°00.20’N. 0014.29’W Île de Rùm, réserve naturelle de formation volcanique avec plusieurs sommets dont le plus haut est de 813 m. Comme partout ailleurs il y a très peu d’arbres. De gros gibiers, poneys d’origne ancestral, de l’époque viking, oiseaux de toutes sortes et autres animaux sauvages attirent de nombreux scientifiques venus pour observer la riche faune de l’île. L’île fut évacuée de sa population en 1826 pour permettre d’exploiter l’élevage de moutons. La plupart des habitants émigrèrent vers le Canada. Le plus surprenant, sur cette île sauvage est la présence d’un château de pierre rose de style Edwardian avec piscine,
Poursuivre la lecture

Navigation au bout du monde, mouillage à l’île Canna

Nuit au sud de Skye. Mouillage visitors, pluie. 57°08.98’N. 005°47.81’W Pas de réception sur nos portables et iPads. Mouillage à l’île Canna, île des Small isles,  ayant appartenu au clan Ranald. L’île Canna est une adorable petite île au sud de Skye avec une grande baie, trois églises pour 18 habitants… et un délicieux restaurant. Le skipper d’un bateau écossais, voisin du nôtre, joue à la cornemuse en tenue de marin moderne. 57°02.31’N. 006°29.40W Une église construite il y a 100 ans, par une anglaise qui voulait que son église soit  placée avec vue trois étoiles. Les habitants l’ont trouvé
Poursuivre la lecture

Château d’Heilandonan

Le Château d’Heilandonan est un beau château fort sur une île relié d’un pont,  riche en événement depuis le 12 ème siècle avec des attaques des vikings et beaucoup de rivalités entre les clans écossais. Après avoir été en ruine le château a été restauré entièrement au début du 20 éme siècle par le clan Mac quelque chose et a été arrangé avec un petit brin d’humour écossais. L’après midi nous naviguons vers le sud de Skye, sous la pluie vers la baie Duisdale  sur l’île Ornsay. Le vent se lève et nous avons un peu du mal à accoster.
Poursuivre la lecture

Il ne faut pas confondre une baleine avec un rocher

Comment faire pour trouver des baleines, ce que nous n’avons pas réussi, vraiment. Tout d’abord les plus grosses se trouvent en dehors des îles, ce qui a un côté très rassurant, vu la taille de ces baleines qui font entre 15 et 33 m de long, cad deux fois voire trois fois et demi notre bateau. Les plus « petites » se baladent entre les îles et font entre les 4 à 8 mètres de long et nous voilà un peu plus rassuré. Il n’y a que deux espèces qui s’aventurent entre les îles, le minke whale, galas optera acutorostrata et le
Poursuivre la lecture

Île de Skye

Nuit calme, mais au réveil nous sommes secoué par le vent qui a forci et qui pousse le bateau vers le ponton d’une façon inquiétante. La capitainerie nous conseille de faire un mouillage en face sur l’île de Skye sur une bouée pour invités. Il pleut. 14°. 57°16.48N  005°44.44’W Nous louons une voiture et partons faire un tour sur l’île. La dame de la location nous dit: « What a lovely warm wind it is today ». Même dans la grisaille elle voit ce qu’il y a de positif. Bravo! Sur l’île de Skye, les montagnes sont  dénudées d’arbres. Il y a des
Poursuivre la lecture

Acarseid Mor, Rona Isle

57°32.31’N. 005°59.15″W. A Nous arrivons en fin d’après-midi à Rona Isle, île recommandée par un écossais avec qui nous avions bavardé la veille. Nous avons été sous le charme tout de suite, par la beauté de l’île et de ses 3 habitants très acceuillants et chaleureux. Bill Cowie, passionné du footballeur Cantona, et sa compagne anglaise et George qui habitent là toute l’année, nous accueillent. Il y a deux autres bateaux voisins du nôtre, dont un suédois de Göteborg. Pour nos 35 ans de mariage nous avons acheté des langoustines, presque aussi grosses que du homard, que Gille a pêché
Poursuivre la lecture

Shiant isle et ses guillemots

Départ de Stornoway, sous un ciel gris clair et peu de vent. Les couleurs d’Écosse sont le gris baleine, gris phoque, gris mouton, gris granit. Un dauphin très grand en vue. Est-ce un Atlantis Whitehorse sied dolphin 1,9/3,9m? Plus tard Patrick aperçoit une baleine? à 300 m de là. Le bout du dos est plutôt carré et de taille très grande. Est-ce que c’est une « sperm whale »? 11/18 ou mincke whale plus petit et plus courant? Ou autres baleines? Ou basket shark? On ne le saura jamais. Nous voyons des guillemots à Shiant Island où se trouve une énorme colonie d’oiseaux qui
Poursuivre la lecture

Tourbe et laine à Lewis isle

Lewis isle vient du vieux norrois, Ljóðhús qui veut probablement dire la maison de Ljód. A Lewis isle la météo est visiblement très changeante. Aujourd’hui elle s’annonce pluvieuse et plutôt  que de partir tout de suite en bateau nous louons une voiture, un sorte de van rouge pour artisan. Il nous emmène à l’est de l’île Lewis où il y a de belles maisons anciennes de pêcheurs, « the black houses », qui portent ce nom à cause de la suie à l’intérieur ( qui servait d’insecticide à la même occasion!) et du manque de fenêtre.   Un foyer de tourbe se trouve au
Poursuivre la lecture

Les Hébrides, Stornoway

Vol de 45 mn pour Stornoway, Lewis Island aux Hébrides extérieur. 58°12″N. 6°23″W Le bateau est là, fidèle au poste et sale, qui nous attend pour un nouveau départ. Courses au super marché qui est toujours très long, le temps de se familiariser avec les produits étrangers. Je cherche du poisson, il n’y en a que sous cellophane et du mouton écossais, de Nouvelle Zélande! Finalement nous trouvons le poissonnier près du port, qui n’avait que trois poissons sur son étalage, dont du saumon d’élevage et du poisson fumé. Le saumon, je le marine immédiatement avec un beau paquet d’aneth
Poursuivre la lecture

Croisière d’amoureux aux Hébrides

Patrick m’a bien prévenu, il fait froid aux Hébrides. J’emmène caleçons longs, chaussettes de laine, bonnet et d’innombrables pulls. Nous partons tôt le matin vers le pays du volant à droite direction Birmingham où Patrick a un rendez-vous professionel. Je visite la ville pendant ce temps, rien de palpitant, sauf le long du canal. Très mignon. Il y a une manifestation des enseignants contre la durée prolongée d’années de travail. Ambiance gentillet. Nous reprenons l’avion l’après midi pour Inverness où nous passons la nuit à l’hôtel pas loin de l’aéroport. Nous sommes au pays des « rrrr » qui roulent. Le chauffeur
Poursuivre la lecture

Croisière de mecs dans la mer du Nord

Olivier, Hubert et Patrick prennent l’avion pour Bergen le 26 mai. Je reçois un coup de fil quelques heures après de Patrick qui a oublié sa carte de crédit, les 10 livres de navigation sur l’Écosse, les draps, les torchons et des pulls. Bjarte Engevik le responsable du port maritime de Solund où le bateau a hiverné s’occupe bien des hommes et prête sa voiture pour qu’ils puissent faire des courses. Ils ont eu une navigation de nuit pour la traversée de la mer du Nord sur une mer bien formée vers les Shetland et entre deux tempêtes. Olivier a
Poursuivre la lecture

Les menus et la corvée vaisselle

N’ayant pas de robinet d’eau chaude sur le D920 et avec la paresse qui a pris le dessus, jai fini par faire des menus le moins gras possible. La vaisselle est devenue un plaisir (ou presque) à faire. En trois semaines, à deux, nous avons consommé que 250 gr de beurre. Il y a toujours un saumon mariné dans le frigo, commode pour les déjeuners pendant qu’on navigue. Il se garde très longtemps, facile à faire mais est terriblement gras, surtout celui d’élevage. D’autres poissons comme la sardine se marine très bien aussi. J’ai trouvé que la croisière en Suède
Poursuivre la lecture

Iles de notre coeur

Délicieux déjeuner sur la terrasse ensoleillée.  A l’hôtel de Hardbakke, nous avons tous très mal dormi, alors que les lits étaient excellents. Il fallait deviner que c’était un hotel car il n’y avait pas d’enseigne à l’extérieur et d’accueil. Le responsable du port avait tout simplement les clefs des chambres. Bus à 9 heures à Krakhella à 22 km de Hardbakke. Les paysages constitués de magnifiques collines arrondies formées par un amoncellement de cailloux déposé par le glacier qui à creusé sont chemin tout le long des 250km du Søgnefjord. Ferry de deux heures pour Bergen. Grand beau, pas un
Poursuivre la lecture