Il ne faut surtout pas se décourager

 

Départ de Levkas en filant vers le sud sous pétole. Les montagnes qui nous entourent sont aux sommets très sèches et rocailleuses. Nous visitons la baie de Nidri, qui fait penser un peu au St Tropez grec. De nombreux bateaux de plaisance s’y trouvent.

En sortant de là, Patrick voit vers le nord une barre de vagues qui moutonnent. Méfiant de ce que nous voyons arriver vers nous, on affale les voiles et en 2 minutes nous avions force 6. Nous décidons de mouiller sur l’île Meganisis, dans une des baies qui paraissait bien protégée. Mais très vite nous nous sommes rendu compte que les fonds étaient vaseux, que l’ancre avait du mal à crocher et avec le vent qui nous poussait vers d’autres bateau la manœuvre n’était pas commode. Surtout il fallait nager à chaque fois avec l’aussières, trouver un arbre pour attacher le bateau par derrière. Et puis il fallait éviter les oursins, détacher l’aussière, la rechercher, la rattacher… Après le 7éme essai l’ancre croche enfin. Nous amarrons l’arrière du bateau à un arbre. Dans nos tentatives d’amarrage, au lieu de nous aider, nous avons eu droit à des engueulades des bateaux voisins… Un autre bateau qui est arrivé en même temps que nous a eu droit au même traitement des voisins grognons.

D’après les grecs, début juin est le début de la haute saison. Mais nous voyons une grande différence entre cette semaine et il y a deux semaines. Les places à l’abri sont déjà prises en fin de matinée.

Posted from here.