Mousse = pêche ratée

Dans le nord de la France on voit au printemps de la mousse sur la plage qui ne vient pas de la pollution contrairement à ce que l’on peut entendre dire, mais d’un petit plancton à deux flagelles.

Au printemps après une vie de solitaire et avec l’abondance de sels minéraux, phosphate, azote etc. les planctons sont stimulés par ce régime de choc et se multiplient jusqu’à devenir majoritaires parmi les phytoplanctons et dégagent un mucus gélatineux qui devient mousse avec l’action des vaques et du vent.

Comme les algues vertes, elles dégagent une forte odeur et font baisser le taux d’oxygène ce qui fait fuir les poissons et fait des pêcheurs mécontens.

Voici un exemple impressionant en Australie: