Au revoir la Sicile, bonjour Malte

Départ tôt car, la météo annonce peu de vent. Finalement, une petite brise nous pousse à huit nds. Nous avons eu froid toute la journée. Nous croisons sur notre route un paquebot « CF Crystal » de 13m de profondeur et 225 m de long et 35 de large provenant de Hongkong et se dirigeant vers l’Égypte rempli de produits made in China. Arrivée à Malte, dans une autre ambiance que l’Italie. La voile ici est visiblement très populaire vu le nombre de voiliers sortis. Le port de La Valette avec sa roche ocre et ses maisons construites avec la même pierre
Poursuivre la lecture

Corfou et sa bande d’envahisseurs

Après une longue route de Tunisie, ayant passé par Malte et la Sicilie, le rythme de navigation se ralentit et nous arrivons enfin à Corfou. Enfin une grâce matinée bien méritée. Nous étions bien fatigués après ces quatre jours de navigation avec pratiquement que du vent debout et une mer cassante depuis Syracuse. Nous étions vraiment contents de notre petite île Othonoi, le mouillage nous a bien protégé d’un vent soutenu d’ouest. Bain dans une eau limpide jusqu’à la plage de sable fin. Direction Corfou sur une mer d’huile. Au loin on voit l’Albanie, pays dont on ne sait strictement rien. Le
Poursuivre la lecture

By by l’Italie. Bonjour la Grèce!

Départ comme d’habitude à 6h. Nous quittons le port de Leuca en même temps que les petits pêcheurs locaux.  Avant même d’avoir quitté le port, leurs lignes étaient déjà dans l’eau. Bon vent du nord. Mais Patrick était ravi de sa traversée. Pas de moteur, un vent de travers confortable sans avoir à gérer ses vagues pénibles hachées typique de la Méditerranée. Je retourne dans mon petit trou, dans la cabine. Cela remue trop. Au large, la Grèce, nous voilà enfin arrivé. Depuis Catania en Sicile, nous aurons fait au total pratiquement 300 miles avec presque tout le temps du vent
Poursuivre la lecture

Réellement, le fond était bien haut

Cela fait un an et demi que nous rêvons d’avoir une belle passerelle pour pouvoir débarquer confortablement à quai. Patrick a tenté à plusieurs reprises d’en commander aux divers commerces maritimes mais sans succès. Aux ports il y a des planches toutes bêtes à la disposition des visiteurs et Patrick s’est dit que finalement c’est la solution la plus simple. Ce matin nous voyons arriver Mr le Charpentier à qui Patrick avait commandé hier une belle planche comme passerelle. Elle était vraiment belle et bien épaisse mais pesait une tonne! Il est revenu ce matin alors que c’est dimanche pour
Poursuivre la lecture

Les grecs et leurs fermes aquacoles

Cela a bien soufflé cette nuit, nous avons été bien secoués. Ce matin avec la houle on découvre ce que nous n’avions pas vu à notre arrivée la veille en arrivant au port à la tombée de la nuit, des vagues déferlent à l’entrée du port envasée de sable et de cailloux ! L’autre bateau de plaisance avait touché le fond en arrivant. Nous avions étions bien inspirés de prendre plus de large avant d’entrer dans le port. Nous avons trouvé le port très cher pour ce que c’est. Évidemment il a fallu négocier comme il se doit en Sicile.
Poursuivre la lecture

Moteur et dauphins

Départ matinal au moteur pour une traversée de 65 miles. Direction Sciacca. Une bande de dauphins vient nous voir, puis se lasse et nous quitte à notre grand regret. De nombreux gros paquebots naviguant est en ouest en vue. À surveiller. Après une journée au moteur nous arrivons au coucher du soleil au sud de la Sicile à Sciacca, une ancienne colonie romaine.   Posted from here.
Poursuivre la lecture

A Pantelleria, il y a des yeux qui nous observent

Dès que les formalités avec l’immigration et la douane tunisienne ont été remplies, le douanier vient visiter le bateau et nous demande si on a de l’alcool et de l’argent en liquide. Une fois terminée il nous prie séchement de quitter le port dans la demi-heure et pas au-delà. Départ au moteur à 7h, pour pouvoir faire 75 miles dans la journée. Deux bateaux de pêche en vue.. Le Raymarine ne fonctionnant pas, nous sommes soulagés d’avoir l’iPad avec sa carte de navigation. Le long de la côte tunisienne nous passons par des fermes aquacoles. Au large une plate-forme pétrolière.
Poursuivre la lecture

Notre maison flottante nous attend

En arrivant à l’aéroport Patrick se rend compte que nos billets sont réservés pour la semaine prochaine. Au guichet, on nous rassure que nous ne sommes pas les premiers à l’avoir fait, ce que je savais déjà puisque je l’avais déjà vécu personnellement. Heureusement, avec un supplément raisonnable tout est réglé. A Hammamet, on nous recommande le supermarché Bravo à 4 mn à pied d’ici où nous découvrons les rayons de vaisselles, balais, boîtes de conserve et boissons sucrées en grandes quantités. Le rayon légumes est inexistant. Pas de primeurs. Laiterie fraîche, zéro. Au rayon boucherie il n’y a que
Poursuivre la lecture

Un vrai sac de noeuds au port de Favignana

Réveil en douceur. Il a plu deux fois cette nuit. Petit-déjeuner dehors. Benoît installe la table. Patrick nettoie le filtre de l’évacuation de la douche. Benoît nettoie l’extérieur du bateau. Pascale fait la vaisselle et moi je m’occupe du journal de bord. On prend la dernière météo au cybercafé de la place de Marettimo. Pascale et Benoît partent faire des courses à l’épicerie du village, La Cambusa. Les bateaux voisins prennent leurs douches dehors sur leurs bateaux. Ça papote toujours et encore. Cap vers les deux îles les plus proches de Sicile, l’île Levanzo puis Favignana. Le vent du nord
Poursuivre la lecture

Marettimo, où il y fait doux vivre

Pendant la nav de nuit le vent se lève, mais pour finir Benoit met le moteur vers 9h. Banc de dauphins communs en vue. Arrivée en Sicile à l’île Marettimo aux Egades. L’île est montagneuse et sauvage et est classée parc naturel. Côté ouest, les falaises tombent à pic. Sur une partie de cette côte le mouillage y est interdit et sur la partie sud ouest des bouées sont prévues pour le mouillage. Après avoir contourné l’île côté est, on aperçoit le port et ses maisons cubiques avec ses trois fenêtres et une porte. Plus loin, la falaise plonge en
Poursuivre la lecture

Changement d’île

6h. Cap pour la Sicile. Beau temps. 10 nds de vent ensuite pétole. Croisons quelques pêcheurs. Il doit y avoir pas mal de poissons entre la Sardaigne et la Sicile. Nav de nuit, Pascale et moi commençons au moteur. Patrick prend la relève puis Benoit.
Poursuivre la lecture

Le skipper, Maï et le Dragonfly

Nous, fans des croisières et navigation à voile Depuis 2002, Patrick et moi ( Maï) naviguons sur des trimarans Dragonfly.  Pour vous dire, nous en sommes à notre troisième Dragonfly. Nous l’apprécions parce que le bateau reste plat, qu’il va vite, qu’il est très fiable et en plus il est vraiment  très beau. Avec un mari aimant la mer et moi la terre, voici ce que peut résumer notre vie de couple: « Toi, petite goutte du ciel délicatement posée sur ma pivoine, un jour, quand tu seras grande, tu deviendras mer. » Pendant que mon skipper préféré confronte les vents et les vagues,
Poursuivre la lecture

Notre mer d’accueil, la Méditerranée

La Méditerranée qui est entourée de trois continents  qui y déversent ses fleuves. On a donné des noms aux vents de la Méditerranée; le Mistral, le Meltem, la Bora, le Kamshim, le Sirocco et le Libeccio. Méditerranée qui veut dire la mer dans les terres, bouge, se modifie depuis tout les temps, avec des plaques mouvantes occasionnant des tremblements de terre. Après avoir été ouverte il y a fort longtemps, avec un climat de type des Maldives, puis fermée, la mer disparaît et s’est transformée, avec l’évaporation, en 3 petits lacs rachitiques qui y ont laissé un dépôt de sel de
Poursuivre la lecture