By by l’Italie. Bonjour la Grèce!

Départ comme d’habitude à 6h. Nous quittons le port de Leuca en même temps que les petits pêcheurs locaux.  Avant même d’avoir quitté le port, leurs lignes étaient déjà dans l’eau. Bon vent du nord. Mais Patrick était ravi de sa traversée. Pas de moteur, un vent de travers confortable sans avoir à gérer ses vagues pénibles hachées typique de la Méditerranée. Je retourne dans mon petit trou, dans la cabine. Cela remue trop. Au large, la Grèce, nous voilà enfin arrivé. Depuis Catania en Sicile, nous aurons fait au total pratiquement 300 miles avec presque tout le temps du vent
Poursuivre la lecture

Saint Pierre et le talon de l’Italie

Départ à 6h. Vent de travers.  Quand nous quittons le port de Crotone, le soleil commence à pointer du nez à côté de la plateforme de gaz. Des petits bateaux de pêcheurs tout près de nous sont déjà sortis pour leur petit tour de pêche. La veille au soir, en arrivant, j’ai fait deux machines bien pleines au port, mais malheureusement il n’y avait pas de sèche-linge. En quittant le port, accompagné par les pêcheurs de Crotone, notre bateau était tout décoré du linge étalé sur le bateau pour sécher au soleil.  A l’arrivée à Sancta Maria di Leuca, au talon
Poursuivre la lecture

Crotone et l’école de Pythagore

Départ 6h avec comme bonne nouvelle, nous avons le vent de travers avec un vent d’est. Malheureusement, au bout d’une heure, le vent vire au nord pour se mettre droit dans le pif. La mer est pénible, hachée et un contre-courant nous scotch sur place. Nous avons 60 miles à faire jusqu’à Crotone et ne souhaitons pas arriver tard le soir. L’ambiance est au plus bas. On décide finalement de mettre le moteur avec la grande voile hissée pour avancer plus vite à 6/7 nds. Cette histoire de vent nous a bien rallongé le trajet d’un tiers. Le soir, nous
Poursuivre la lecture

Navigation à deux

Nous déposons les filles à l’arrêt d’autobus à 5 mn à pied du port de Catane où le bus les emmène à l’aéroport. Les études les rappellent à leurs devoirs. Elles vont nous manquer, les pipelettes. On se retrouve à deux pour naviguer. Nous profitons de faire le plein de frigo au marché qui se trouve juste à côté, entre le Duomo et le terminal d’autobus. Un vent du Nord, le Gregale est annoncé, nous louons une voiture. La mer moutonne et déferle bien. Nous louons une voiture pour visiter le nord de Catania. Les gorges d’Alcantara sont magnifique avec ses
Poursuivre la lecture

Catane avec un petit soupçon de maffiosi

Départ matinal pour Catane. Pétole. Le port est très cher, 70€ pour des toilettes hors d’usage, idem pour la douche et bien entendu pas de laverie ou de wifi. Le gardien fait un peu maffieux, on n’a pas vraiment confiance. Balade en ville où il y a autant de gelateria que de mariage. A chaque église  visitée il y avait un mariage. Après la cérémonie, séances photos avec plusieurs photographes dans l’église puis à l’extérieur, devant l’église, à côté et dedans une calèche tirée par 4 chevaux pur blanc. Suivi de prise de photos devant une superbe voiture genre Ferrari rouge de
Poursuivre la lecture

Catane en voiture

Réveil avec grosse pluie et vent, le Sciroco est bien là. On loue une voiture pour Catane. Balade dans le centre au marché aux poissons. Les légumes et fruits sont énormes. On voit que la terre est bien fertile au pied de l’Etna. Nous visitons Acicastello. Le châteaux roman de Roger I trône sur son rocher de basalt, puis Acireale. La montée de l’Etna nous impressionne par ses coulée de lave noire et végétation rare. On voit des traces toutes récentes de coulée de lave qui a recouvert de son manteau noir des maisons. Tout en haut la fraîcheur et le vent nous rappelle
Poursuivre la lecture

Syracuse, ma bien aimée

Arrivée d’Astrid et Marion qui sont arrivées avec le bus de l’aéroport de Catane. On part vite faire des courses au marché, de l’autre côté de la presqu’île de Syracuse. Une profusion de produits agricoles et italiens nous tentent. Les poissons de la méditerranées sont sur les étalages. Des chanteurs accompagnés de leur guitare animent le marché. L’épicerie remplie jusqu’au plafond de produits alléchants. L’après-midi visite du reste de la ville avec ses ruelles étroites de l’époque arabe, remplies de boutiques sympathiques et très animées. Un mariage a lieu au Duomo. Puis visite des Catacombes pour voir la tombe de Sancta
Poursuivre la lecture

Marzamemi et ses poubelles

Marzamemi est un petit port très mignon avec ses petites maisons de pêcheur. Le matin ayant une grosse envie de baignade, je pars toute excitée à l’idée d’une bonne baignade au sud du port avec ma serviette sous le bras à la quête d’une belle plage. Je n’y découvre que des poubelles de toutes sortes. Je fais demi-tour, n’ayant plus du tout envie de me baigner. Avec Patrick on va faire un petit tour au port. Au bout du village vers le nord, pour me consoler, une belle plage toute propre nous attend. En route pour Syracuse. L’arrivée dans la
Poursuivre la lecture

Réellement, le fond était bien haut

Cela fait un an et demi que nous rêvons d’avoir une belle passerelle pour pouvoir débarquer confortablement à quai. Patrick a tenté à plusieurs reprises d’en commander aux divers commerces maritimes mais sans succès. Aux ports il y a des planches toutes bêtes à la disposition des visiteurs et Patrick s’est dit que finalement c’est la solution la plus simple. Ce matin nous voyons arriver Mr le Charpentier à qui Patrick avait commandé hier une belle planche comme passerelle. Elle était vraiment belle et bien épaisse mais pesait une tonne! Il est revenu ce matin alors que c’est dimanche pour
Poursuivre la lecture

Les Carabinieri nous ont sauvé des obus!

On quitte le port de San Leon en fin de matinée, direction Ragusa sous un vent bien établi à 20nds. Pendant que nous longeons tranquillement la côte vers l’est on voit un gros bateau à moteur de carabinieri avec la sirène à plein volume qui se dirige vers nous à toute vitesse. Ils essayent de communiquer avec nous avec de puissants hautparleurs. Bien entendu avec tout le bruit autour de nous, on ne comprend rien. Au VHF ils nous disent avec leur accent italien  » Come back ! Come back! It is a militairy field ». Visiblement ils avaient l’air pressé
Poursuivre la lecture

Les grecs et leurs fermes aquacoles

Cela a bien soufflé cette nuit, nous avons été bien secoués. Ce matin avec la houle on découvre ce que nous n’avions pas vu à notre arrivée la veille en arrivant au port à la tombée de la nuit, des vagues déferlent à l’entrée du port envasée de sable et de cailloux ! L’autre bateau de plaisance avait touché le fond en arrivant. Nous avions étions bien inspirés de prendre plus de large avant d’entrer dans le port. Nous avons trouvé le port très cher pour ce que c’est. Évidemment il a fallu négocier comme il se doit en Sicile.
Poursuivre la lecture

Parasites, squatteurs et profiteurs, hors d’ici!

Départ en fin de matinée pour San Leon Bagni. Cap vers l’est avec vent dans le pif. Le long de la côte, quelques montagnes basses et des falaises. Ce fut une longue et pénible journée avec un clapot croisé et vent dans le nez. Arrivée en fin d’après-midi à San Leon Bagni, petit port tourné vers le tourisme. Aujourd’hui le port est vide, nous ne sommes que deux bateaux de plaisance. À cause d’un petit coup de vent annoncé pour demain, nous allons visiter Agrigente à quelques kilomètres d’ici. En quittant l’année dernière le bateau pour l’hivernage à Hammamet, j’avais
Poursuivre la lecture

Sciacca et 2 enterrements

Patrick négocie le prix de notre place au port de Sciacca à 35€, flotteurs pliés que finalement nous n’avons pas eu besoin de plier. Les toilettes et douches sont nickels propres. Un restaurant familial à côté du ponton où la mama, les enfants, tontons et grands-parents étaient là avec de surcroît le ballon de foot qui traînait à côté de nous avec le jeu de carte que la grand-mère venait d’utiliser avec ses petits-enfants. Des vieux, le ventre bedonnant, autour d’une table dehors à l’ombre discutent à voix haute tous en même temps, se disputent, gesticulent. Il y a de
Poursuivre la lecture

Moteur et dauphins

Départ matinal au moteur pour une traversée de 65 miles. Direction Sciacca. Une bande de dauphins vient nous voir, puis se lasse et nous quitte à notre grand regret. De nombreux gros paquebots naviguant est en ouest en vue. À surveiller. Après une journée au moteur nous arrivons au coucher du soleil au sud de la Sicile à Sciacca, une ancienne colonie romaine.   Posted from here.
Poursuivre la lecture

A Pantelleria, il y a des yeux qui nous observent

Dès que les formalités avec l’immigration et la douane tunisienne ont été remplies, le douanier vient visiter le bateau et nous demande si on a de l’alcool et de l’argent en liquide. Une fois terminée il nous prie séchement de quitter le port dans la demi-heure et pas au-delà. Départ au moteur à 7h, pour pouvoir faire 75 miles dans la journée. Deux bateaux de pêche en vue.. Le Raymarine ne fonctionnant pas, nous sommes soulagés d’avoir l’iPad avec sa carte de navigation. Le long de la côte tunisienne nous passons par des fermes aquacoles. Au large une plate-forme pétrolière.
Poursuivre la lecture

Un vrai sac de noeuds au port de Favignana

Réveil en douceur. Il a plu deux fois cette nuit. Petit-déjeuner dehors. Benoît installe la table. Patrick nettoie le filtre de l’évacuation de la douche. Benoît nettoie l’extérieur du bateau. Pascale fait la vaisselle et moi je m’occupe du journal de bord. On prend la dernière météo au cybercafé de la place de Marettimo. Pascale et Benoît partent faire des courses à l’épicerie du village, La Cambusa. Les bateaux voisins prennent leurs douches dehors sur leurs bateaux. Ça papote toujours et encore. Cap vers les deux îles les plus proches de Sicile, l’île Levanzo puis Favignana. Le vent du nord
Poursuivre la lecture

Marettimo, où il y fait doux vivre

Pendant la nav de nuit le vent se lève, mais pour finir Benoit met le moteur vers 9h. Banc de dauphins communs en vue. Arrivée en Sicile à l’île Marettimo aux Egades. L’île est montagneuse et sauvage et est classée parc naturel. Côté ouest, les falaises tombent à pic. Sur une partie de cette côte le mouillage y est interdit et sur la partie sud ouest des bouées sont prévues pour le mouillage. Après avoir contourné l’île côté est, on aperçoit le port et ses maisons cubiques avec ses trois fenêtres et une porte. Plus loin, la falaise plonge en
Poursuivre la lecture

Changement d’île

6h. Cap pour la Sicile. Beau temps. 10 nds de vent ensuite pétole. Croisons quelques pêcheurs. Il doit y avoir pas mal de poissons entre la Sardaigne et la Sicile. Nav de nuit, Pascale et moi commençons au moteur. Patrick prend la relève puis Benoit.
Poursuivre la lecture

Porto Pino et paysage sauvage

Matinée tranquille, baignade dans une crique au sud de Porto Pinto. On part vers le nord pour visiter le petit port Carloforte. Finalement, c’était trop compliqué d’accoster au ponton. Nous contournons l’île vers l’ouest où une ferme aquacole, que nous n’avions pas vu, et qui de surcroît n’était pas indiqué sur la carte, nous a fait une petite frayeur. La côte ouest nous dévoile des falaises volcaniques absolument magnifiques. Au sud de la Sardaigne nous mouillons au coucher de soleil, dans une baie de sable fin blanc à Porto Pino. Le paysage est très sauvage. Aucun pylônes électrique et de
Poursuivre la lecture

San Pietro

Levé à 7h pour aller chercher les Ben à l’aéroport de Cagliari. Sur la route on s’arrête au centre Leclerc pour acheter les produits frais. De retour au bateau on file vers l’île d’en face, San Pietro et mouillons au sud de l’île dans une baie avec plage et un peu à l’abri du vent. Position: 39°05.905’N 008°17.864’E
Poursuivre la lecture

Buena serra la Sardaigne

J’ai commencé la nav au moteur, jusqu’à minuit. Pendant toute la nuit, le vent n’a pas arrêté de disparaître et puis pointer du nez. Le moteur et les voiles jouaient au balancier. À partir de minuit, Patrick se levait toutes les demi-heures pour vérifier s’il n’y avait pas de bateau en vue. Comme je ne pouvais par dormir, j’ai fait entre ses demi-heures. A 6h, j’ai pris la relève, crevée. Nous avons vu au loin deux gros tankers. C’est tout. Pas mal d’objets divers en plastique flottent tout le long du trajet et plus on se rapproche de Sardaigne, plus
Poursuivre la lecture