Le pilote automatique à bien travaillé

Départ ce matin sous le soleil. La montagne à côté avait un chapeau sur la tête. Nous avons fait 8/9 noeuds de moyenne avec le pilote automatique. En deux mots, une traversée farniente. En fin d’après-midi nous jetons l’ancre au nord d’Ibiza dans une petite baie, port Benirràs, sous un ciel gris et avec quelques gouttes de pluie. Histoire de dire qu’il a plu. Parmi les trois météos consultées pour demain, deux ont voté pour de la grisaille et le troisième penche fortement pour une grosse pluie le matin. Nous recevons un SMS d’un des équipiers du Dragonfly Abraço, qui
Poursuivre la lecture

Dernier mouillage à Ibiza, dernière baignade

Nuit agitée avec une houle avec clapots bruyants. Mauvaise nuit pour tout le monde. On se met au mouillage à Ibiza, le plus près de Dénia pour ne pas arriver trop tard dans la journée au commissariat de police. La crique, cala Jondal, donne sur une côte bordée d’une haute falaise en forme de tortue, il y a une plage de galets et de sable, quelques parasols et maisons dans la pinède et plusieurs très, très gros bateaux à 3/4 étages. Un hélicoptère vient de se poser sur celui à 4 étages. Il est éclairé tel un cirque. Pendant ce temps
Poursuivre la lecture

Un plumeau sur la liste des courses

En route vers Eivissa. Nous avons beaucoup aimé ce mouillage au pied des falaises où il n’y avait que 5 bateaux au mouillage. Les « autres » préfèrent mouiller là où il y a une plage. Les trois bikinis d’Astrid sèchent sur le bateau. Les falaises sont formées de couches géologiques horizontales rouge et beige alternées de roches tendres et dures. Pour les petits détails du quotidien, le pain perdu est parfait quand le frigo est presque vide et qu’il n’y a pratiquement plus rien à manger. Il vaut également mieux diviser par deux la quantité indiquée dans la recette. Le bateau
Poursuivre la lecture

Mouillage à Formentera et belle baignade

Petit déjeuner à Formentera dehors sous un soleil radieux, entouré d’eau turquoise, près d’une plage au sable fin de nudiste. Le pain bizarre, fait maison était délicieux. Un cormoran prenait son petit déjeuner en même temps que nous, en plongeant et zigzaguant entre les 50 bateaux au mouillage « sauvage », pour trouver d’éventuels poissons. Deux énormes catamarans, avec un équipage de 40 personnes, débarquent sur la plage. D’autres bateaux sont en train d’arriver. Pas de restaurant à cet endroit. Avant de partir j’ai gratté les 3 hélices qui s’étaient transformées en hélices sans forme et poreuses avec les 1 cm d’épaisseur
Poursuivre la lecture

Coquilles gênantes et mail

  En route vers le sud vers l’île de Formentera. Nous croisons le tout premier chalutier d’Ibiza. Sur la route les falaises de l’île Vedra me font penser aux tours de la Défense avec un amoncellement de grottes jusqu’en haut du sommet. Nous ne voyons pas d’oiseaux sur ces îles inhabitées, comme cela pouvait être le cas en Écosse. Avant d’arriver à Formentera, nous voyons un groupe de marsouins noirs. Astrid a fait du pain pour le petit déjeuner de demain, le four s’est éteint quatre fois et le pain aurait dû être cuit depuis une heure, mais je pense
Poursuivre la lecture

Changement de stratégie de bouffe

Le moteur n’est pas nerveux et Patrick est parti acheter un masque et un tuba pour voir s’il y a un problème avec l’hélice. Après un premier bain nous constatons que l’hélice est recouvert de plusieurs couches de coquillages. Après un pique nique près d’une plage à Ibiza, nous continuons notre route vers le sud et jetons l’ancre dans une crique, cala Vadella. Je constate une chose extrêmement importante; à chaque crique ou mouillage, il y a une brochette de restaurants. C’est important, parce que dans nos courses de mal bouffe à Dénia, la moitié a été jetée. C’est avec
Poursuivre la lecture

Arrivée de notre pipelette

Après une journée bulle bienfaitrices et de boulot pour Patrick, nous avons retrouvé le soir Astrid à l’aéroport d’Eivissa. Nous avons dîner dans un restaurant donnant sur la plage très sympa avec vue sur notre bateau. Le temps est gris et lourd. L’eau est à 28°. Posted from here.
Poursuivre la lecture

Ibiza, tu sens bon

A cause des soucis d’hier nous avons pris du retard ce matin. Sur route vers Ibiza, le vent y est capricieux et après l’orage d’hier la mer est bien formée. Aujourd’hui je supporte mal les ondulations de la mer. J’ai passé toute la traversée dans mon endroit préféré pour ce genre de cas, en bas dans notre couchette à ras de l’eau. Une odeur de terre brûlée et d’herbes aromatiques séchées nous annonce l’arrivée à Ibiza. Nous jetons l’ancre à San Antoni de Potmany à l’ouest d’Ibiza, vers 2h du matin éclairé par la pleine lune. Nous avons eu du
Poursuivre la lecture

L’astuce de Sigurd I

Ensuite, le roi Sigurd I poursuivit son voyage et arriva à Norfasund. Et dans le détroit, il rencontra une large force viking, à laquelle le roi livra bataille. Et ce fut son cinquième engagement contre les païens depuis qu’il avait quitté la Norvège. Il remporta la victoire à nouveau. Ainsi en parla Haldor Skvaldre : « Tu inondas ton épée sèche avec du sang, Tandis que tu passais à travers Norfasund. Les corneilles hurlantes eurent droit au festin, Tandis que tu faisais voile vers l’orient« . Le roi Sigurd navigua alors vers l’est le long des côtes du Serkland, et arriva à
Poursuivre la lecture

Sigurd 1er arrive avant les touristes

Le roi Sigurd 1er poursuit son expédition et parvint à une île nommée Ibiza, où il livra sa septième bataille et remporta la victoire. Ainsi en parla Haldor Skvaldre : « Il chevaucha ses vaisseaux jusqu’à Ibiza, Le roi, dont la renommée se répand fort loin. Et il entendit les porteurs de boucliers Exercer leurs armes à nouveau dans la mêlée. » Par la suite, le roi Sigurd arriva à une île nommée Manork (Minorque), et y livra sa huitième bataille contre les païens, qu’il gagna. Selon Haldor Skvaldre : « Sur les plaines de la verte Minorque, Il remporta sa huitième bataille. Encore
Poursuivre la lecture