A Cabrera, ce n’était pas drôle d’être français

CabreraAprès quelques courses pour le bateau nous quittons Palma. Un gros nuage de pluie nous suit de loin. Cap sous le soleil vers l’archipel Cabrera, au sud de l’île Majorque.

CabreraL’île Cabrera et la dizaine d’autres petits îlots furent d’abord occupés par les habitants d’un monastère au 9 ème siècle. Ceux-ci furent délogés par les arabes, puis plus tard repris par les espagnoles qui construisirent un chateau-fort pour surveiller les pirates en provenance de l’Afrique du nord.

En 1808, 25000 prisonniers français de l’armée napoléonienne du général Dupont, avaient été entassés sur des pontons stationnés sur la rade de Cadix. Une fièvre épidémique fit de gros ravage parmi les prisonniers. Les autorités espagnoles craignant que l’épidémie se propage auprès des habitants de Cadix décident d’envoyer les 8000 prisonniers survivants sur l’île déserte de Cabrera. Pendant 5 ans, l’île et ses habitants malheureux vécurent une grande misère, à manger ce qu’il y avait sur l’île, des lézard et des rats. Quand le vaisseau français Louis Pujol y débarqua pour rapatrier les français, il ne restait plus que 3500 survivants…

Par la suite, l’île est devenue domaine militaire la protégeant de la soif des promoteurs avides de bénéfices au détriment de la protection de la nature.

Depuis 1997, l’archipel devient parc national. Dans une crique au nord de l’île Cabrera, 50 mouillages sont mis à la disposition des visiteurs ayant réservé sur internet avant de partir.

Quand nous arrivons à Cabrera sous un vent de demoiselle, nous croisons la douane marine dans une ambiance joyeuse de fête. Un samedi soir c’est permis, non? A l’entrée de la crique le chateau-fort ocre du 14 ème s. épouse la forme de la falaise. Il est illuminé par le dernier rayon de soleil de la journée et la lune, toute pleine et majestueuse lui tient un moment compagnie.

Nous voyons pour la première fois un bateau grec.

Je resterais bien ici deux jours.

Position: 39.1655192 / 2.926773

Posted from here.