Journée farniente

Olivier et Katarina, nos nouveaux co-locataires, sont arrivés tôt ce matin vers 6h après avec avoir passé une nuit blanche à Athènes dans l’attente d’une correspondance pour Corfou.

Course ensemble au supermarché du coin, similaire aux supermarchés de chez nous. Nous sommes loin de la gastronomie sensuelle italienne.

Malheureusement une tempête est annoncée pour ce WE. Il va falloir s’adapter avec un autre programme que marin. Nous sommes sortis avec le bateau pour jeter l’ancre près du port sur une petite île, Vido.

Deux phoques étaient dans une cage flottante nous loin de la plage. Nous avons été les voir et étions un peu choqués par le peu d’espace qu’ils avaient.

4 octobre: Réveil tranquille. Le ciel est couvert de nuages légers.

De Gouvia on prend le taxi pour acheter une carte SIM pour la météo, utile lors des mouillages sauvages. Le chauffeur de taxi nous explique que c’est maintenant un peu compliqué parce que il y a eu beaucoup de fraude avec la carte SIM. Maintenant il faut être résident en Grèce pour avoir droit à un abonnement annuel. Heureusement pour nous la marque WIND vend un mois d’abonnement pour 14€ sans obligation d’être résident en Grèce. Le chauffeur passe des coups de fil à ses copains pour se renseigner et nous emmène à un premier magasin puis à un second où nous avons trouvé notre bonheur avec l’aide de notre gentil chauffeur. Il nous raconte que la Grèce ne décolle pas parce que la Grèce a trouvé du pétrole qui est contrôlé par un petit groupe de financier qui bloquent le tout.

Au retour, le ciel s’est dégagé et nous décidons de faire un tour vers le nord pour profiter du bateau avant la dépression. Les criques sont en général très profondes et de ce fait difficile d’y jeter l’ancre.


Baignade jusqu’à la plage, déjeuner sur le carré au soleil. Deux petites barques avec monsieur et madame jettent l’ancre tout près du nôtre, pour y pêcher de petit poissons de la taille d’un sardine. Un banc d’oblades avec sa petite rayure au niveau de la queue, nagent sous notre bateau, histoire de nous faire comprendre qu’ils n’ont pas peur de nous.

Après le déjeuner, on continue un petit coup vers le nord faisant attention de ne pas passé la frontière Albanaise. Il paraît que la douane albanaise est très pointilleuse la dessus et fait payer une taxe (75 +75€) à l’entrée et sortie du pays, même pour quelques mètres à l’intérieur de chez eux.

Posted from here.