Kilmore et la fin de l’Irlande

Départ sous un petit vent arrière pour Kilmore. On sort le spi, qui n’a pas servi encore cette année, ni l’année dernière, ni à Göta kanal mais peut être il y a 4 ans? Il avait bien besoin de sortir et sécher un grand coup. KilmoreNotre drapeau qui a navigué gentiment avec nous pendant 5 ans, commence à montrer certain signe de fatigue. Fil par fil, il se défait, à commencer bien sûr par le rouge. Bientôt, il n’y aura plus du tout du sang de la révolution et la douane risque de nous demander de quel pays nous venons avec un drapeau carré bleu et blanc qui  représente pour nous la planète de la mer et les nuages. Cela deviendra notre drapeau.

Près de Kilmore on se prend un filet dans le safran, heureusement le safran se relève et le bateau s’en dégage rapidement. Il y a une grosse bagarre avec le bateau, le petit vent et les contre-courants de 3/4 nds qui rallonge de beaucoup notre trajet. Un banc de sable long de 15 miles avec quelques éoliennes posées dessus à quelques miles de la côte, crée des turbulences de vagues, courants et vent. Le courant crée du vent. Une fois éloigné de ce banc de sable le vent se calme.

Quelques rares couples de guillemots en vue, ainsi que quelques puffins anglais. Au loin nous voyons des champs en feu. L’arrivée au port de pêcheur sent le poisson concentré. Des phoques gris ont l’air d’y avoir élu domicile. Un superbe gros yacht ancien danois est amarré là, à côté de nous.