Les SMS et un simili démâtage

Position: 39.564190°/2.634298°

Nous avons reçu un SMS cette nuit d’Abraço: « On est à 70 miles de Gibraltar. Vent dans le pif jusqu’à 37 nds de vent l’autre nuit. Tout va bien mais ça double la route… et ça tape. Et vous? ». Patrick a regardé la météo et a vu qu’après Gibraltar ils vont continuer à avoir du vent dans le pif en tout cas jusqu’à Lisbonne.

A la cala de Portas Vells il ne restait plus que trois bateaux ce matin quand nous sommes partis. La crique était très belle une fois dégagée de tous les bateaux. 10 nds de vent, soleil.

En route vers le sud de Palma à cala Pi, une minuscule petite crique en forme de L avec au bout une plage. Le vent se lève à 18 nds.

Cala Pi

Nous sommes juste rentré dedans puis fait demi-tour pour partir vers Palma.

DSC_3357

La navigation vers Palma nous à causé des soucis. Au moment d’affaler les voiles l’enrouleur du génois se bloque. Le seul moyen d’y arriver était d’ affaler le génois. Heureusement le vent s’est calmé et nous avons pu le faire calmement. Une fois amarré au port, Patrick à l’impression que nous sommes à deux doigts de démâter. L’étai du génois avait l’air bizarre. Le technicien est passé et nous a rassuré que l’étai n’avait pas été endommagé par l’enrouleur .

 

Nous venons de recevoir un SMS d’Abraço « Arrivons à Gibraltar. Stop pour changer bosse de ris. Beau temps. « .

À cause d’une aussière qui s’était prise dans l’hélice, nous nous sommes couchés un peu énervé et pour arranger la chose, nous étions entourés de plus de moustiques à l’intérieur du bateau que dehors.

Pour le retour à Genève, l’avion avait  3 heures de retard pour cause de grève des aiguilleurs français qui ont réussi à désorganisé tous les vols d’Europe.