Le très vieux poumon marin

La posidonie, est une précieuse plante qui ressemble bizarrement à une plante de mon jardin avec rhizomes, tiges, feuilles, fleurs et fruits. Elle dégage 14 litres d’oxygène par jour et est le poumon de la Méditerranée. Les rhizomes se développent à l’horizontale ainsi qu’à la verticale allant jusqu’à un mètre de hauteur pour ne pas se laisser recouvrir par les sédiments qui s’accumulent à ses pieds,  Elle se développe jusqu’à 40 mètres de profondeur sur des fonds de sable plus ou moins grossier mélangé et de vase. Les fleurs sans pétole, fleurissent à l’automne et ses fruits appelées olives de mer ont besoin de 8 longs mois pour mûrir. Une fois mûres se détachent en flottant sur la surface, poussées par les vagues et courants vers de nouveaux beaux lieux. Quand c’est l’automne pour elle, la posidonie délivre ses feuilles fanées en tas sur la plage.

La posidonie est fort utile à son environnement, car les feuilles amortissent le courant et retiennent les sédiments en suspense.  Il a été calculé que la destruction d’une bande suffisamment longue de prairie pourrait provoquer le rétrécissement d’une plage de près d’une vingtaine de mètres de large.

De nombreux organismes végétaux et animaux sessiles ont élus domiciles dans les feuillages de la posidonie, attirés par son feuillage touffu et protecteur et qui à leur tour attirent d’autres espèces. Les plus petits, les bactéries attirent les micro-algues sur la surface de la feuille la plus exposée au soleil. De nombreux molusques préférent faire la fête nocturne en haut des feuillages et faire la grasse mat dans l’obscurité des feuillages pour se protéger le jour de ses prédateurs. Parmi les mollusques habitant ces lieux, le magnifique jeanbonneau de 90 cm, est menacé par son plus redoutable prédateur, l’homme.

Pour parler récolte, une prairie d’un hectare de posidonie produit près de 30 tonnes de matières organiques et parvient à abriter une biomasse animale supérieure à 10 tonnes qui regroupe pas moins de 500 espèces différentes. Cette prairie est une excellente aires de reproduction pour de nombreuses espèces qui y vivent en permanence.

Au large de Formentera au sud d’Ibiza, Sophie Arnaud-Haond, affiliée à l’Ifremer à fait une étude sur l’âge de la posidonie. Suivant ses estimations, les plus vieux se trouvent au nord de Formentera ont 80 000 à 200 000 ans et serait le plus vieil organisme vivant sur Terre.

Vu sa grande utilité, on peut très bien comprendre que la posidonie a attiré l’attention des grands spécialistes qui ont créés 360 aires de surveillance dans le pourtour de la Méditerranée et la posidonie fait partie depuis 1976 de la liste des plantes protégées. Malheureusement la posidonie est en régression autour des  ports et des zones industrielles et de surcroît l’algue Caulerpa taxifolia, l’algue exotique introduite par l’homme, envahit les fonds marins de la meditérannée et appauvrit la biodiversité. La posidonie en est malheureusement une des victimes.