Les soucis de l’aquaculteur

Quand le poisson pond ses œufs, l’aquaculteur se trouve devant des difficultés différentes suivant l’espèce de poisson et bien entendu la taille des œufs varie suivant l’espèce de poisson. Le saumon pond des gros œufs, de 8 à 12 mm qui grossissent très vite, ce qui permet ensuite aux bébés larves de se mettre tout de suite à un régime d’adulte de granulés industriels. Pour cette raison l’aquaculteur à une très nette préférence pour le saumon pour sa facilité d’élevage.

En ce qui concerne les œufs du turbot, du bar et de la daurade qui sont de taille de tête d’épingle, voir plus petit, le problème est totalement différent, car nous rentrons là dans le domaine du microscope. Les bébés larves vésiculées réclament du plancton. Par conséquence, les aquaculteurs favorisent la culture de planctons dans leurs étangs à l’aide de fertilisant.

Par contre le rouget n’a pas encore dévoilé son menu favori. L’aquaculteur a repéré que la petite larve mange goulûment des invertébrés aquatique microscopique, mais qui au bout d’un mois fini par mourir de faim… Le rouget a très bien compris que pour ne pas être exploitable pour l’aquaculture, il a intérêt à garder son jardin secret.