Sur une île déserte à Mar Menor, sans Maïmad ou presque

Baignade matinale dans une eau à 27°, petit déjeuner tranquille.

La douane maritime, avec leur gros bateau à triple moteurs se rapproche de nous. Nous ne savons pas si nous sommes considérés, par les douaniers bronzés aux leurs lunettes de soleil aérodynamiques, comme suspects ou si nous sommes la bête curieuse. Après avoir fait le tour du trimaran, ils nous quittent en nous tournant le dos.

Direction Mar Menor, une mer presque fermée par une longue baie. Il faut passer sous un pont levis qui fonctionne toutes les heures.

Mar Menor

Nous accostons sur une île déserte pour pique niquer et se baigner avec Madeleine qui à l’air de trouver que cette piscine lui convient mieux que celle de ce matin.

Le vent se lève brutalement et au moment du dessert, le bateau se met à riper sur 50 mètres. Panique. Patrick et moi prenons le zodiac pour reprendre le contrôle du bateau qui s’imaginait être le seul maître à bord. Je retourne chercher Sabine et Madeleine qui nous attendent sur l’île déserte. J’ai câlé 5 fois, avant d’avoir ramené tout le monde à bord.
Position actuelle