Notre maison flottante nous attend

En arrivant à l’aéroport Patrick se rend compte que nos billets sont réservés pour la semaine prochaine. Au guichet, on nous rassure que nous ne sommes pas les premiers à l’avoir fait, ce que je savais déjà puisque je l’avais déjà vécu personnellement. Heureusement, avec un supplément raisonnable tout est réglé.

A Hammamet, on nous recommande le supermarché Bravo à 4 mn à pied d’ici où nous découvrons les rayons de vaisselles, balais, boîtes de conserve et boissons sucrées en grandes quantités. Le rayon légumes est inexistant. Pas de primeurs. Laiterie fraîche, zéro. Au rayon boucherie il n’y a que du poulet cuit et puis c’est tout. Les œufs sont posés en grande quantité à côté des poulets dorés. Par défaut, j’ai acheté deux poulets et douze œufs. Heureusement, un marchand de délicieux fruits et légumes nous attend à la sortie du supermarché. Accompagné du stock de nouilles du bateau, on ne mangera que ça pendant probablement trois jours, le temps de trouver un autre commerce digne de ce nom en Sicile. Il paraît qu’il faut aller plus loin à 2 km vers Hammamet pour avoir un peu plus de choix. Cela fait des années qu’on navigue avec des kilos de conserves pour le cas où et qui n’ont jamais servi. Cette fois-ci, c’est le bon « pour le cas où ».

Nous sommes censés partir demain matin tôt pour Pantelleria, mais les petits bobos du bateau (surtout électronique) ne sont toujours pas réparés… depuis juillet de l’année dernière. Mr. Réparateur est venu à 17:00, qui finalement n’a rien pu faire.

Nous avons préparé notre départ pour demain en faisant les mêmes démarches administratives qu’à l’arrivée. Mais cette fois-ci dans l’autre sens pour le service de l’immigration et la douane et pour la « suppression d’immobilisation » du bateau avec sa ribambelle de tampons rouges partout sur tous les documents. Pour la sortie avec Mr réparateur il a fallu refaire une déclaration de suppression d’immobilisation avec tampons rouge même pour une heure. C’est sérieux ici.

Posted from here.