Port de Polença et la mayonnaise

Retour au port de Polença. Il parait que le Tranmontane est passé par là pendant notre absence et que les bateaux ont été bien secoués. Course au super marché mal bouffe du coin où les rayons chips et sodas sucrés y sont rois. Départ à midi avec un frigo qu’à moitié rempli. Nous avons une longue journée devant nous surtout avec le pétole qui est annoncé. Grand beau.

Finalement à la sortie de la baie de Polença, il y a une petite brise sympathique mais très changeante, qui nous emmène au large vers Minorque. La fin était pénible, des vagues courtes et hachées nous secouent bruyamment.

A Minorque, nous mouillons dans une petite crique, San Saura, qui est bien protégée des vents d’est. Peu de bateaux, belle plage et le fond marin est bleu turquoise. On entend les cigales minorquins chanter.

A Minorque, on ne retrouve pas la silhouette montagneuse de Majorque. L’île est presque plate avec quelques reliefs et est exposée aux agressions du Tranmontane où la végétation a du mal à pousser.

Minorque a été pas mal agitée par la ribambelle de visiteurs de tout temps. L’installation des romains sur l’île stimule le commerce maritime à Minorque et les autres îles voisines. Les Maures, sous la coupe du califat de Cordoue baptisent l’île, Manûrqa. Quand Jacques Ier d’Aragon récupèrent Majorque, Minorque reste un royaume musulman indépendant. Les espagnoles sous Alphonse III envahissent Minorque et les habitants musulmans sont vendus au marché des esclaves à Ibiza, de Valence et de Barcelone. Lors de l’invasion des turcs les habitants de Mahón et de Ciutadella s’exilent.

En 1708, les anglais prennent l’île et Mahon devient la capitale. Il y a eu une lutte de pouvoir entre les français et les anglais. Une grande partie de la population émigrent vers l’Algérie française. Finalement dans cette histoire, comme on le sait, ce sont les espagnoles qui ont eu le dernier mot. Pendant la guerre civile espagnole, Minorque reste fidèle aux républicains alors que les habitants de Majorque soutiennent les nationalistes. En 1993, Minorque est reconnue par l’UNESCO comme réserve de biosphère et 50% du littoral sont protégés. Ouf, l’île est protégée des promoteurs immobiliers!

La langue locale est le catalan avec quelques rajoutis d’anglais.

On dit qu’Albert Camus aurait eu des descendants Minorquins et que Mahón aurait inspiré l’inventeur de la mayonnaise à lui donner son nom. La rumeur dit que le cuisinier du Maréchal Richelieu aurait inventé en 1756 la mahonnaise…

Position 39°55.559’N 003°53.7064E

Posted from here.