Oui, non, oui, non, ouiiiii

Après m’être renseignée, il y a une semaine, si je pouvais prendre l’avion sans mon passeport et uniquement avec la déclaration de vol du passeport, la réponse affirmative de dame nr 1, puis de dame nr 2, nous rassure.

A l’aéroport d’Alicante, au moment du check-in, dame nr 3 me dit que la compagnie aérienne ne me prendra pas dans l’avion, qu’ils ont besoin d’autres pièces d’identité… Après des palabres sans fin, ils finissent par m’accepter. Exceptionnellement.

Je fait le check-in, enregistre ma valise et une fois arrivée à l’embarquement, Monsieur nr 4, me refuse sèchement ! Nos bagages sont sortis de la soute de l’avion. Astrid prend l’avion toute seule et Patrick reste avec moi.

Furieux, on retourne voir dame nr 3, qui extrêmement embarrassée, nous enregistre pour le vol suivant en nous promettant que cette fois ci il n’y aura pas de problème.

Moralité de l’histoire:

• Quand c’est oui, non, oui, non. C’est toujours le dernier qui compte. L’avant dernier, très vite ne vaut plus rien.
• Se diriger tout de suite vers la personne qui a une tête à dire oui, on gagne du temps.
• Avoir du liquide dans sa poche (…si Patrick n’avait pas été là….)
• Ne jamais avoir tous ses papiers et cartes de crédit dans le même sac à main.
• Investir pour y mettre mon passeport dans une petite pochette et pour éviter un nouveau vol du passeport à glisser sous son pull.
• … ou avoir deux nationalités et voyager avec ses deux passeports (dans des pochettes séparées).

…et puis finalement, peut être, l’idéal est de rester tranquillement chez soi…