Yaourt marin sans yaourtière

Le jour où je me suis dit qu’il fallait savoir faire son propre yaourt dans le bateau, c’était à Hammamet, où le rayon laiterie était inexistant. Et sincèrement, le yaourt est bien meilleur quand c’est fait bateau.
Pour faire du yaourt il suffit d’avoir:

  • Du soleil ou à défaut une serviette pliée.
  • Une cocotte minute.
  • Un yaourt nature de préférence bio (s’il n’y a pas le mot yaourt écrit sur l’emballage, ce n’est pas du yaourt, eh oui!).
  • Du lait bio, si possible. Le lait ordinaire risque de contenir des anti-biotiques et tuer les bacilles qui vont contribuer à la fermentation du yaourt.

Faite bouillir pendant dix minutes un fond d’eau dans la cocotte-minute ainsi qu’un litre de lait dans une autre casserole. Après les avoir laissé refroidir dix minutes, mélanger un tiers de yaourt dans le lait à 55° (le bout du doigt doit avoir bien chaud mais ne doit pas être brûlant). Versez le tout dans des bols en verre. Laissez reposer six heures dans la cocotte-minute fermée.

Si la météo est favorable avec un ciel sans nuage et une température à 30° ou plus, mettez la cocotte minute à l’abri du vent et au soleil qui maintiendra la bonne température le temps qu’il faudra pour que le yaourt se développe. Si le soleil est caché derrière un nuage, couvrez la cocotte-minute avec une serviette pliée pour la maintenir bien au chaud. Ou mieux encore mettez vos pots de yaourt dans la cocotte minute dans de l’eau chaude (température supportable au doigt) avec une serviette repliée dessus.

L’autre solution, la plus simple, est de faire son propre kéfir au lait. Cela se fait à température ambiante. Deux jours plus tard, le kéfir est légèrement pétillant et est plus liquide que le yaourt. Avant de partir rejoindre le bateau il faut emmener les grains de kéfir qu’on ne trouve pas dans le commerce mais sur internet ou en poudre (le plus simple) acheté en pharmacie ou magasin bio.

Il y a un site qui explique très bien d’autres façons de faire du yaourt sans  yaourtière.