Canal de Crinan

Avant de passer par le canal de Crinan, Patrick consulte la météo régulièrement avec beaucoup d’attention. Une tempête est annoncée pour dimanche et il faudra prévoir d’être dans un port protégé. Belfast?

A force de faire des mouillages sauvages, les provisions de nourriture commencent à baisser. Il ne me reste plus que des boites de conserve, pâtes.

La grocery shop sur l’île est minuscule, nous achetons 4 pommes. Pas vraiment suffisant pour remplir le frigo.

Direction vers le canal, sous pétole ou petit vent sympathique avec une mer sans vagues. On croise un marsouin solitaire, phocoena phocoena. Qui nage en « roulant » comme une roue.

Arrivée au canal de Crinan avec 15 écluses et de 15km sous un crachin breton. Le canal est très pittoresque avec une végétation luxuriante. On sent que l’on se rapproche de l’Angletterre, les bateaux de plaisance sont plus gros et il y a plus de gros hors bord, ce qui n’est pas commode à croiser, le canal n’étant pas très large. Les écluses ferment à 17h00 et nous nous arrêtons à mi-chemin.

Nous nous mettons en couple avec un bateau d’écossais qui nous invite à prendre un pot. Ils sont deux couples, dont l’un est écossais et elle anglaise. Très sympa. Nous leur posons pleins de questions sur les écossais, l’Écosse, l’Angleterre, United Kingdom, Great Britain, le nouveau parlement écossais… Visiblement les sentiments nationalistes sont encore assez forts vis à vis de l’Angleterre. Et le pétrole dans la mer du Nord? Question qui gêne: » the oil is UK…. « . Ils se plaignaient aussi qu’il n’y a pas beaucoup de poisson à acheter. Tout part à l’exportation.Canal de Crinan

L’écossaise me demande pourquoi chez eux le macareu s’appelle « puffin » et pourquoi en français puffin est un autre oiseau, le puffinus puffinus. Mais pourquoi donc le macareu anglais s’appelle puffin?