Une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept plus le un et les autres

Ce matin nous prenons le train pour l’aéroport de Genève. Je passe devant un groupe de personnes et je m’arrête quelques secondes pour compter une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept femmes voilées en noir + Monsieur+ les nounous, le cuisinier, le chauffeur. J’essaie vainement de calculer ses frais de billets d’avion, d’hôtel et autres frais pour plaire à ses dames, mais je me dis que cela doit être hors de portée de ce que je peux m’imaginer.

Nous retrouvons notre bateau à Cascais sous un ciel bleu, pas trop chaud, petit vent mais avec presque du brouillard. Les arbres sont recouverts de tricots colorés et il y a des drapeaux portugais partout. Dans la rue, les piétons se promènent en vert et rouge. Tout cela, pour honorer ce soir le petit ballon noir et blanc. ll parait que l’Espagne va sûrement perdre. Le linge sèche à chaque fenêtre.

Course au Jumbo. Poissons séchés, des légumes de toutes sortes, très peu de Danone, Nestlé et Co. Presque que des nouveautés. L’aventure! J’avais fait des menus avec comme thème « soleil exotique ». Nous sommes ressortis avec le caddie plein de bonnes choses Portugaiche, sauf tout ce que j’avais prévu d’acheter.

Position actuelle