Dublin et port de Dun Loaghaire

Départ matinal pour Dublin, pour avoir le courant de la marée avec nous pour nous pousser le plus loin possible car nous avons une longue journée devant nous avec 90 miles à faire. Nous optons de longer la côte irlandaise. Il y a encore un peu de vent et la mer n’est pas encore calmée. Vent arrière.

Nous croisons 32 chalutiers qui raflent les fonds sablonneux à cet endroit. Pêchent t-ils de la sole? Je n’ai jamais vu autant de chalutiers en même temps et ne peux m’empêcher de me poser la question s’il n’y aurait pas sur-pêche…   En Écosse nous n’avons presque pas vu de chalutiers.

Nous arrivons au port de Dun Laoghaire, dans la baie sud de Dublin, au bout de 11h de navigation. Patrick a barré quasiment toute la journée et est ravi d’une pic à 18nds.  Moi je trouve que cela fait du bruit quand le bateau va vite,  qu’il fait froid, que le vent est instable, j’ai envie de soleil et que la voile c’est finalement une histoire de mec. Et puis j’en ai marre, marre de mettre des couches de pulls, chaussettes en laine, caleçons longs, polaires et bonnet que je n’ai jamais trouver l’occasion,  un jour de grand chaud et soleil, de laver et qui sont presque comme les nids des mouettes, bien cimentés de je ne sais quoi. J’ai horriblement mal au coccyx, j’ai pleins de bleus, des dizaines de bosses sur la tête. Et puis…

A l’arrivée à Dublin nous avons juste le temps d’y faire un saut en fin d’après-midi. Ville sympathique et jeune. Nous prenons le train et visitons le collège de la Trinité, une des plus vieilles universités d’Europe. Malheureusement la bibliothèque de Kells est fermée, j’aurais bien aimé voir le fameux livre d’enluminure de Kells et qui aurait été à Iona. Dîner dans un pub, nous commandons du lamb stew, roastbeef et de la bière light. Dublin m’a l’air très sympathique comme ville avec beaucoup de jeune. La baie à marée basse dévoile un banc de sable à perte de vue tout le long de la baie. Très beau.