Le journal de bord féminin

Le journal de bord durant les précédentes croisières n’a jamais été fait, ce que j’ai trouvé dommage. J’ai commencé à écrire parce que, finalement, je me suis rendue compte qu’en dehors des vents et marées, il y a une multitude de choses à observer sur l’environnement maritime et culturel. Le fait d’écrire, m’a permis de mieux structurer mes observations sur les thèmes divers et de se souvenir ce qui disparaît inévitablement de nos mémoires.

De surcroît, en tant qu’étrangère, l’orthographe française reste désespérément difficile et le fait d’écrire m’oblige à me pencher sur l’orthographe et la grammaire et progresser timidement. L’appli « Projet Voltaire » m’a beaucoup aidé.